Friday, February 23, 2018

ET SI LE VÉLO NE SERVAIT PLUS À SE DÉPLACER ?

Avant le vélo, ça servait à se déplacer.

Avant le vélo, c'était la découverte, la liberté, les potes.

Avant le vélo, c'était le plaisir de se faire peur dans une méchante descente.

Avant, le vélo c'était un moyen d'insulter les automobilistes qui passaient trop près.

Avant, c'était cela le vélo, et bien d'autres choses.

Tout cela n'a pas disparu, bien sur - voir les deux précédents posts et .

Mais tout cela n'est plus qu'une petite partie du vélo.

Le vélo aujourd'hui, c'est aussi un truc fixe.

Un truc qui bouge pas.

Un truc qui bouge pas dans une salle de sport.

Un truc qui bouge pas dans un appartement - .

Bref un truc qui bouge pas, et que l'on peut mettre n'importe où.

Le vélo est, ainsi, le seul moyen de déplacement qui est devenu en quelques années un objet à faire du sur-place !!!

C'est l'obsession du corps et du bien-être qui sont en partie responsables de cette mutation.

On va pas se plaindre que les gens fassent du sport.

Mais on va juste constater que, en quelques années, on est passé du transport à la transpi

Et le phénomène ne devrait que croitre dans les années qui viennent avec le retour du sport à la maison () mais aussi le développement du virtuel qui permet de se raconter beaucoup d'histoire en pédalant devant un écran.

Évidement, cette mutation des imaginaires et des pratiques sportives et mobiles va nous obliger à repenser la fonction de certains lieux.

C'est quoi un salon demain ? .

C'est quoi un parking et un garage demain ? Ces derniers vont-ils eux aussi devenir des espaces de sports ?

On en reparle le 18 mai prochain, .

Thursday, February 22, 2018

OCEAN AIR CYCLE

Pour prolonger mes deux derniers posts ( et ) sur la façon dont une marque comme Rapha pouvait développer une nouvelle vison de la mobilité, je voulais vous proposer une autre approche moins business, plus light mais tout aussi désirable avec Ocean Air Cycle.

Wednesday, February 21, 2018

ET SI RAPHA DEVENAIT UNE MARQUE DE TRANS-SPORT® ?

Chez Transit-City, on aime bien interroger les imaginaires de la mobilité à travers le discours des marques, et plus particulièrement à travers la communication des marques de sport.

On l'a fait pour des marques NikeSalomon, Hobie Cat, North Face, Howies et, tout récemment, avec Strava

Pourquoi cet intérêt ? Parce que, qu'on le veuille ou non, face à la vacuité des discours publiques sur la mobilité, la santé et le sport demain () -, il faut faire le constat qu'aujourd'hui ce sont les marques qui alimentent les visions désirables des mobilités de demain.

Alors pour prolonger le spot d'hier "Et si c'était Rapha qui racontait le mieux la douceur de Tokyo ?", je voyais vous proposer une très rapide analyse des points fort d'une marque comme Rapha.

Basée à Londres, Rapha s'est lancée en 2004  avec des tenues destinées aux cyclistes "qui ne voulaient pas s'habiller comme des clowns" (dixit Simon Mottram, le fondateur). Elle est aujourd'hui présente sur tous les continents du monde avec son offre haut de gamme () et surtout tout un éco-système développé autour de ses points de distributions associant magasins, atelier de réparation et café, de son Rapha Cycling Club et son agence Rapha Travel.

Ainsi, au delà de la qualité de ses produits, Rapha a su créer un univers et une esthétique du cyclisme à laquelle les cyclistes ont répondu.


Sur le développement de la marque et sa capacité à avoir su développer un vrai discours original autour du vélo, il faut lire l'excellent "Why Rapha is the new Harley-Davidson ?"

Les slides ci-dessous sont une tentative de résumer la vision de la marque et essayer de faire avancer la réflexion sur les nouveaux mix marketing d'une vision de la mobilité active demain.


.


.


.


.


.

À noter que Rapha a été rachetée à l'été 2017 par un fond appartenants aux héritiers du fondateur de Wallmart, le leader mondial de la grande distribution qui a fait sa croissance autour du fameux "No parking, no business". Certains pourraient y voir changement d'époque ("de la voiture au vélo") et un changement de regard sur la mobilité du futur.

On en reparlera probablement le 18 mai prochain, .

Tuesday, February 20, 2018

ET SI C'ÉTAIT RAPHA QUI RACONTAIT LE MIEUX LA DOUCEUR DE TOKYO ?


Parce que Tokyo est une ville merveilleuse.

Parce qu'à Tokyo, comme à Venise, il faut se perdre pour apprécier la richesse de la ville.

Parce qu'à Tokyo la mobilité ne peut pas se résumer forcément à quelque chose d'efficace et de fluide - voir le précédent post, .

Parce que tout cela et bien d'autres plaisirs liés à cette ville, il faut regarder le très beau et très touchant "Rapha Rides Tokyo".


Monday, February 19, 2018

ET SI LES FEUX S'ADAPTAIENT AUX RYTHMES DES COUREURS ?

Maintenant qu'il est évident que les villes soient devenues de stades - .

Maintenant que les courses nocturnes se banalisent - ,  ou .

Maintenant que l'on connait de mieux en mieux les parcours des coureurs dans les villes -

Maintenant que l'on tente d'élargir la notion de transport à celle de trans-sport ®.

Maintenant que l'on tente d'élargir la notion de mobilité à celle de motricité, et celle-ci à la notion de motri-cité ®.

Maintenant que certaines villes recherchent un "active transportation street designer". 

Bref maintenant que les choses bougent, ne serait-il pas - enfin - temps de réfléchir à la signalétique urbaine sous le prisme du sportif ?

Et dans ce cadre, pourquoi ne pas imaginer qu'à certains moments de la journée, les feux ne soient pas réglés pour faciliter la circulation automobile, mais au contraire pour faciliter la mobilité sportive ?

A Paris, les feux sont calés pour laisser passer de façon prioritaire les tramways, pourquoi ne le ferait-on pas pour ceux qui ont une mobilité active ?

Cela pourrait notamment faciliter le développement du run commuting - .

Aujourd'hui les techniques existent pour développer cette approche.

La preuve avec la "Green Light Run" organisée par Adidas à Tokyo en 2017 et qui a consisté à organiser un marathon nocturne sans jamais bloquer la voie publique !!! 

Via un système connecté en temps direct, les feux passaient au rouge pour arrêter les voitures et ainsi laisser passer les coureurs. Ceux-ci ont pu parcourir leurs 42,195 km sans jamais s'arrêter !!! voir les détails, .

Reste à trouver une équipe municipale qui aura le courage de mettre en place dans un premier temps une telle expérimentation avec des groupes de coureurs, puis ensuite à l'installer de façon pérenne.

Sur ce sujet de l'intérêt d'intégrer la course à pied dans la politique des villes, voir "Et si la courrabilité devenait un critère d'analyse urbaine ?"

On en reparle le 18 mai prochain, .

Friday, February 16, 2018

POURQUOI IL EST NORMAL QUE NIKE ET TOYOTA DISENT LA MÊME CHOSE

Les images de ce bébé sans jambe et avec un demi-bras sont tirées d'un spot Toyota diffusé actuellement aux États-Unis - .

Les images de cette cycliste handicapée viennent d'un tout nouveau spot Nike - .

Les images de ce basketteur en chaise roulante et celles de cet handicapé descendant les marches, sont, elles, issues d'un spot Toyota diffusé actuellement dans le monde entier - .

On voit quoi dans ces images ?

Des corps diminués.

Donc des corps qui n'ont, longtemps, pas intéressés les équipementiers sportifs ou les constructeurs automobiles.

Car longtemps "corps diminué = mobilité entravée et laborieuse".

Pour vendre une basket, on mettait jamais en scène un amputé.

Pour vendre une voiture, on mettait pas en scène un paralysé.

Ces gens là, on les cachait.

Depuis quelques années cela avait commencé à changer, mais à la marge.

Aujourd'hui, on a besoin d'eux.

On a besoin d'eux pour raconter de nouvelles histoires.

Une nouvelle histoire sur le sport

Une nouvelle histoire sur la mobilité.

Ces spots sont donc aussi les symboles de la fin de deux histoires aujourd'hui dépassées.

Celle de la voiture traditionnelle comme réponse aux nouvelles demandes de mobilité.

Celle de la fin du corps normal comme condition nécessaire pour faire du sport et être performant.

Et c'est pour cela que Nike et Toyota disent la même chose.

Car ils disent tous les deux que si les XIX° et XX° siècles ont été les siècles de la mécanique, le XXI° sera celui du corps en mouvement.

Et que cela va nous obliger à penser la mobilité radicalement différemment et notamment sous l'angle de la motricité.

Thursday, February 15, 2018

ET S'IL FALLAIT PENSER LA MOBILITÉ LONDONIENNE SOUS CET ANGLE ?

Quand Nike tente de se reconnecter avec la jeunesse de Londres en lui proposant une réjouissante et ludique vision de leur quotidien et de leur mobilités, ça donne ce film.

Très bonne analyse socio-marketing, .

 et , les questions que peuvent poser ce film.

Next step ? , certainement.

Et sur la créativité londonienne en matière de trans-sport ®, voir et .

Wednesday, February 14, 2018

ET SI LE JOGGING STROLLER SERVAIT À DÉMARRER UNE NOUVELLE HISTOIRE ?

Pour prolonger mon précédent post sur la volonté de Toyota de vouloir développer une mobilité pour tous autour de nouveaux objets, je voulais revenir sur un objet étrangement et très régulièrement oublié, le jogging stroller.

Une poussette pour parents-coureurs certes peu utilisée en dehors des pays anglo-saxons, mais qui existe bel et bien et qui, me semble-t-il, est potentiellement porteuse d'un autre imaginaire que celui de seulement trimbaler des gamins en courant. 

En effet, quand on constate depuis plusieurs années le succès des bagages à roulettes ou le grand retour du caddie de grand-mère en version deux, quatre ou six roues, je me dit qu'il y a forcément de la place pour inventer un nouveau produit pour transporter des choses ou des gens de façon souple, confortable et sportive en phase avec les nouvelles pratiques urbaines.

La diversité de ces engins, leur légèreté, leur modularité et leur facilité d'utilisation (voir ci-dessous et ) montrent combien ces poussettes peuvent être sources d'idées et de nouvelles pistes pour penser la mobilité sur roulettes de demain.



Quand on voit la créativité développée depuis quelques années autour de la mobilité pour les handicapés -  voir, "Et si le handicap était une formidable source d'innovation ?" et "Et si le handicap permettait de penser autrement la mobilité ?" - on se dit qu'il n'y a aucune raison pour que la mobilité des bébés et des très jeunes enfants ne génère pas la même créativité.

Il y a certainement dans le jogging stroller un nouveau produit de trans-sport ® à inventer et donc une vraie réflexion à développer.

On y revient très vite